FANDOM


656px-Heubach golden eagle

D'après une ancienne légende irannienne...

La légende d'Amatta Modifier

Amatta était un serpent. Les petits animaux le considéraient comme un prédateur, car il se nourrissait de leur chair. Il était capable de rester des heures entières immobile, à l’affût, et de s’emparer de sa victime en une détente d’une incroyable rapidité. Il savait aussi exercer une fascination sur de jeunes oiseaux encore incapables de voler ou de s’introduire dans les nids et se régaler des œufs. Pour être craint, son domaine était cependant limité : ses pattes atrophiées ne lui permettaient de se déplacer qu’en se traînant au sol, ses seules armes étaient sa ruse et ses deux crocs puissants. Une fois repu, il devait se cacher dans un trou ou sous quelque pierre, car il craignait lui-même un prédateur bien plus puissant, sous les coups duquel nombre de ses frères étaient tombés.

Aratti était intouchable et semblait invincible. C’était un rapace, on ne sait plus si c’était un aigle ou un vautour, en tout cas il s’était aménagé une aire très haut dans la montagne, à l’abri de tout prédateur. Lui-même grâce à ses larges ailes, ses yeux perçants, ses serres puissantes et son bec acéré, était redouté de tous. Non seulement, fondant du ciel à une vitesse fulgurante, il attrapait et emportait facilement les proies des serpents, mais il ne dédaignait pas de s’offrir les serpents eux-mêmes quand l’occasion se présentait.

Amatta en avait assez de devoir se cacher et de voir, impuissant, Aratti lui voler ses proies. Un jour, il eut la chance de découvrir le premier la charogne d’une sorte de moûton sauvage. Affamé, il se glissa prudemment jusqu’à la bête morte, mais au lieu de manger, ce qui l’aurait plongé dans une léthargie digestive, il perça un trou dans le flanc de l’animal et y entra tout entier. Puis il attendit patiemment...

Aratti ne tarda pas, il avait une couvée à nourrir et la réserve de viande l’attirait immanquablement. Il se posa sur la bête, replia majestueusement ses ailes et, les serres solidement fixées sur le cuir du moûton, commença à en déchirer la peau de son bec puissant. L’incision fut rapidement assez large pour que le rapace attrape un beau morceau de viande. Il releva alors la tête afin de faire glisser cette riche nourriture dans son gosier.

C’est le moment que choisit Amatta pour frapper. Ses deux crocs se plantèrent dans le cou de l’oiseau géant. Le venin passa des crocs directement dans les vaisseaux sanguins du rapace et son action fut immédiate.

La gorge pleine, Aratti ne put pas même pousser un cri. Il baissa la tête, regarda Amatta d’un œil rond qui devint vide, les serres se desserrèrent et le rapace roula au bas de la charogne, tomba dans la poussière et devint lui-même charogne...

Le serpent ne deviendrait peut-être pas le roi du monde, mais il était libre désormais.

Cette histoire montre que la ruse est plus puissante que la force, mais aussi bien d’autres choses. Que les petits peuvent vaincre les grands, le bas peut vaincre le haut. Que tous doivent être respectés, même les êtres rampants.

Un roi doit estimer chacun de ses sujets et ne pas se comporter en maître absolu : un vrai chef est celui qui obtient la confiance de son peuple et non celui qui s’impose par la force. Ce dernier sera un jour vaincu, car tous les êtres vivants sont en quête de liberté...

...Et prêts à tout pour la conserver !

Apparitions Modifier

  • Les Contes de Minoutorou - épisode 2 - Le Cavalier (dans Histoire d'Hémoglobine, Jihem El Pehn conte cette histoire à sa fille)
  • Théâtre : la cie Bel'Adone a repris ce conte dans l'un de ses spectacles ( voir vidéo)

thumb||

RETOUR A L'ACCUEIL